Conseil en gestion et construction des casinos

AUDIT - DÉLÉGATION - NÉGOCIATION DES CONTRATS

Assistance à maîtrise d'ouvrage dans le domaine des casinos

Contrairement aux idées reçues, l’activité d’un casino ne se limite pas aux jeux d’argent.
L’exploitant d’un casino est tenu de mettre en œuvre trois activités : (i) l’activité de jeux de hasard, (ii) l’activité restauration et (iii) l’activité animation.

Les casinos ne peuvent être exploités qu’en Délégation de Service Public (DSP), via un contrat signé entre le casinotier et la collectivité. En raison de la spécificité de l’activité, l’exploitation d’un casino en régie n’est pas envisageable. Dans ce cadre, Espelia accompagne les Collectivités au cours des étapes cruciales du renouvellement des DSP (Délégation de Service Public) / concession de casino, en assistant la Collectivité pour :

  • Optimiser son futur contrat : Le contrat détermine en effet notamment la part des recettes fiscales reversée à la commune et les engagements du casinotier en termes d’animation de la station, sur une durée pouvant aller jusqu’à 20 ans. Il revient alors aux collectivités de négocier un nouveau contrat équilibré préservant leur budget, tout en contribuant à l’attractivité et au dynamisme de leur territoire.
  • Mettre en œuvre la procédure complète de DSP et notamment mener, en lien avec la Collectivité, la phase incontournable des négociations.

Espelia dispose de compétences transversales (financières, juridiques, techniques) qu’elle met à disposition des collectivités locales dans le cadre de ses missions d’AMO (assistance à maîtrise d’ouvrage) pour des casinos.
Espelia intervient en particulier régulièrement dans le cadre des missions suivantes :

Des consultants experts des stratégies publiques des casinos

Le secteur des casinos est aujourd’hui en crise : le Produit Brut des Jeux (PBJ) global du secteur  - qui mesure l’activité de jeux des casinos - a baissé de plus de 20 % depuis 2007.
Cette situation résulte des effets combinés de la crise économique, du contrôle systématique des admissions mis en place en 2006, de l’interdiction de fumer dans les lieux public et de l’arrivée des jeux en ligne. L’ouverture récente de plusieurs nouveaux casinos a également induit une augmentation de la concurrence entre établissements sur des périmètres parfois réduits. Le parc de casinos français a en effet progressé de 160 à 197 établissements entre 1999 et 2013.

Or, les collectivités sont directement intéressées par le PBJ réalisé chaque année par le (ou les) casino(s) situé(s) sur leur territoire :

  • D’une part, à travers le reversement par le casinotier d’un pourcentage du PBJ (le prélèvement communal) au budget de la collectivité ;
  • D’autre part, avec la redistribution d’une fraction des recettes générées par le prélèvement progressif d’Etat  (taxe d’Etat sur le produit des jeux).

Cette manne financière, pour des collectivités qui sont en majorité des communes balnéaires ou thermales de taille souvent modeste, tend donc à régresser année après année. La baisse d’activité des casinos s’accompagne en outre souvent d’une réduction de l’attractivité des territoires, notamment touristique.

Dans ce secteur, Espelia déploie toutes ses expertises fonctionnelles dans les démarches suivantes :

Casinos

Retrouvez notre article sur l'exploitation des casinos :

" Les casinos, des DSP singulières"

Offre Espelia

  • Les études de faisabilités de création ou d’extension de casinos,
  • La définition de projets d’exploitation,
  • La passation et le suivi des contrats de construction comme d’exploitation.
Contact