Quel « retour sur investissement » de la ville intelligente ?

La ville intelligente entend mettre les technologies de l’information et de la communication au service de l’innovation urbaine et garantir ainsi un développement durable de la ville et une amélioration de la qualité de vie de ses habitants.

Les projets relevant de la ville intelligente touchent de nombreux secteurs : la maquette numérique urbaine, l’administration, l’éclairage, la gestion des déchets, le wifi public, les smart grids, l’open data, la participation citoyenne, la gestion de la donnée publique, la mobilité, etc.

Chaque jour, les décideurs publics locaux se voient proposer des solutions intelligentes, tant par les opérateurs traditionnels de service public que par de nouveaux entrants.

Mais alors, à qui la ville intelligente profite-t-elle ?
Est-il vraiment utile d’investir dans ces projets modernes ou s’agit-il de solutions-gadget ?
Ces projets ont-ils des modèles économiques pérennes ?

En période budgétaire fortement contrainte, la question de l’utilité sociale et économique des projets publics est primordiale afin de ne retenir que ceux présentant des retombées élevées et pérennes pour les territoires, les collectivités locales et les citoyens.

  • L’évaluation socio-économique permet de quantifier les impacts positifs et négatifs, directs et indirects des projets, et de calculer leur rendement socio-économique. C’est un outil de mesure de l’utilité des projets.
  • La méthode de l’évaluation socio-économique est historiquement utilisée pour les infrastructures de transports et doit être déclinée pour les autres projets relevant de la smart city.
  • L’évaluation socio-économique permet ainsi d’identifier les sources de création de valeur, dont la captation permettrait de bâtir de nouveaux modèles économiques adaptés à ces projets « intelligents » ou d’enrichir les modèles préexistants.

 

 

 

Citizing, Opencitiz et Espelia lance une étude sur le sujet.

Pour en savoir plus