Par Clément Fourchy, Directeur général adjoint

De l’indépendance des assistants à maîtrise d’ouvrage

Publié le 13.07.2017

Partagez sur les réseaux sociaux :

 

Le sujet revient régulièrement sur le devant de la scène comme encore récemment avec cette affaire qui met en lumière la collusion entre un opérateur du secteur des centres aquatiques et un assistant à maîtrise d’ouvrage (cliquez ici pour plus d'infos sur ce sujet).

Pour se protéger au maximum des risques de conflit d’intérêt, Espelia a fait des choix forts :

-          Travailler exclusivement pour les décideurs publics et s’interdire de réaliser des prestations pour les entreprises intervenant dans la construction ou l’exploitation des équipements publics

-          Disposer d’un représentant de Transparency International à son comité de surveillance ;

-          Ouvrir son capital à deux associations d’élus locaux, l’Association des Maires de France et la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies.

Pour une collectivité, travailler avec Espelia, c’est marquer son attachement aux valeurs de probité et d’indépendance qui sont celles de l’entreprise. C’est aussi accepter de payer le « juste prix » de chaque prestation de conseil : celui qui permet de couvrir l’ensemble des coûts d’une entreprise qui ne peut aller chercher une plus grande rentabilité auprès du secteur privé.

Partagez sur les réseaux sociaux :