le billet
Publié le 05 octobre 2017
Par Julie de Saint Jacob, Consultante Pôle Développement local

L’organisation territoriale de la compétence scolaire : un enjeu de taille pour les communes rurales

Partagez sur les réseaux sociaux :
 

L’école : un facteur d’attractivité pour les communes rurales

Pour une commune, la présence d’une école primaire sur son territoire constitue un facteur essentiel de dynamisme et d’attractivité pour les familles avec de jeunes enfants.

Au-delà de la simple présence d’une école, les parents s’attachent aussi aux caractéristiques scolaires et périscolaires des établissements : classes à niveau unique privilégiées, horaires de garderies périscolaires adaptés aux usages, ou encore des Temps d’Activités Périscolaires (TAP) de qualité.

Avec le vieillissement croissant de leur population ou encore une perte d’attractivité de leur territoire, certaines communes font face à une réduction du nombre d’enfants en âge d’aller à l’école. Dans ce contexte, elles se retrouvent confrontées au défi du maintien d’une école sur leur territoire.

Le regroupement scolaire : la solution pour maintenir son école ?

Une solution envisageable tient en la constitution d’un regroupement d’écoles de plusieurs communes (par exemple la maternelle dans une commune et le primaire dans une autre). Un tel regroupement permet de mutualiser les moyens, tout en conservant des classes à niveau unique ou double. Il peut s’agir d’une solution gagnant-gagnant pour des communes proches mais avec des dynamiques inverses de population : une économie d’investissements pour les communes en sureffectif – qui ne sont pas obligées de construire de nouvelles classes - et la conservation d’une école sur le territoire pour les communes qui voient leur population de jeunes enfants baisser.

Cette configuration soulève toutefois une multitude d’enjeux comme :

  • des transports scolaires à repenser avec des temps de déplacement qui peuvent être rallongés pour les parents,
  • la difficulté d’organisation pour les familles avec plusieurs enfants de niveaux différents,
  • la mise en œuvre d’une restauration collective efficace,
  • la rationalisation du patrimoine immobilier scolaire,
  • l’organisation des temps périscolaires.

Avant d’envisager un tel regroupement, il convient de s’interroger sur les dynamiques à long terme de population.
En effet, si le vieillissement de sa population est une tendance à long terme sur une commune, le groupement de plusieurs écoles n’est-il pas qu’une perfusion pour éviter la fermeture d’une école ?

Partagez sur les réseaux sociaux :
 

Blog
Tous les billets