Gestion des données publiques

Optimisation de la gestion des données publiques

Au cours de ses missions de gestion des données publiques, Espelia réalise généralement un choix des modes de gestion de services publics, une optimisation de l’organisation des services, une gestion de projet, une mobilisation du potentiel des nouvelles technologies (smart-city, data, SIG).

L’organisation de la collecte des données

Gisements de croissance inexplorés, les données publiques sont la source de multiples convoitises. Les opérateurs privés, tous services confondus, développent chacun des infrastructures et logiciels propriétaires de collecte et d’analyse des données, sans norme commune ni coordination.

Déjà des dispositifs hétéroclites commencent à joncher le paysage urbain : émetteurs radio, répéteurs, concentrateurs, adaptateurs de courant porteur en ligne, boitiers wifi, autant d’infrastructures qui deviennent essentielles aux services publics mais dont l’usage ou la propriété ne font l’objet d’aucune garantie aux collectivités.

Le partage des données

Au-delà des infrastructures, les données elles-mêmes sont appropriées par des acteurs privés, restreignant le champ concurrentiel et privant les collectivités et les citoyens d’information qu’ils pourraient eux-mêmes exploiter et valoriser.

Des voix s’élèvent dans le paysage institutionnel, dont la FNCCR, pour alerter les collectivités sur la nécessité de conserver la maîtrise des infrastructures essentielles à la fourniture des services publics, ainsi que ce bien public partagé que sont les données publiques. C’est l’un des défis majeurs du numérique, et qui se joue aujourd’hui.

L’open data

De nombreuses collectivités locales ont fait le pari de l’« open data ». Cette démarche consiste à « libérer » auprès des citoyens des données publiques collectées, la plupart du temps, en interne.

Passés les premiers moments d’excitation, force est de constater que les résultats ne sont pas encore au rendez-vous : mise en ligne de données statiques et non dynamiques (liste des marchés de quartier, tonnages de déchets verts, etc.), mises à jour erratiques, données stratégiques captées par les opérateurs privés, « hackathons » éphémères peinant à générer des revenus et de nouveaux services à la population.

Pourtant les promesses de l’open data sont nombreuses :

Participation citoyenne, y compris aux débats budgétaires

Emergence d’entreprises et de nouveaux services

Information des usagers et limitation de la demande en période de pointe

Partage des informations opérationnelles et amélioration des conditions de mise en concurrence

Le monde de l’open data essaie aujourd’hui de retrouver le chemin de ces promesses originelles, notamment en adoptant une démarche plus orientée vers l’aval et le service final à l’usager que vers la simple mise à disposition de données brutes et sans cohérence.

Data centers

L’usage de l’internet et le développement exponentiel des données nécessitent la production de nouveaux équipements structurants du territoire : les « data centers » ou centres de stockages de données.

Le développement des datas centers est rendu nécessaire pour assurer une rapidité d’accès aux informations, une résilience des infrastructures de télécommunications, ainsi qu’une garantie contre les initiatives de surveillance de pays étrangers (Patriot Act), particulièrement pour les données publiques. Ces équipements sont essentiels au développement de nouveaux services dont pourraient bénéficier les collectivités : stockage dématérialisé et « cloud computing ».

Les datas centers peuvent apporter des bénéfices non-négligeables à un territoire, tels que le développement d’activités de services informatiques de type infogérance ou l’implantation de sociétés internationales.

Pour développer ces équipements sur le territoire, de nouvelles formes de coopération public-privé restent à inventer, mobilisant la capacité d’investissement sur le long-terme des collectivités et le savoir-faire technique et commercial d’opérateurs privés.

Dans ce secteur, Espelia déploie toutes ses expertises fonctionnelles dans les démarches suivantes :

Data

A consulter également :

L’open data : quels bénéfices pour les collectivités locales ?

Offre Espelia

  • Analyse des besoins
  • Etudes de marché
  • Assistance à la mise en place d’expérimentations
  • Aide à la rédaction de cahiers des charges fonctionnels et à la mise en concurrence
  • Assistance au pilotage de la transformation numérique.
Blog
Tous les billets