le billet
Par Léo Donse, Consultant Pôle Numérique, Organisation et Ressources Humaines

Sobriété numérique des collectivités territoriales : les clés pour passer de l’incantation à l’action - Épisode 3

Les avantages insoupçonnés de la sobriété numérique pour les collectivités

Comment la sobriété numérique participe aussi à l’inclusion numérique

13 millions de français demeurent aujourd’hui éloignés du numérique[1]. Les principales causes identifiées  sont le manque de compétences numériques et les craintes relatives à l’insuffisante protection des données. Mais pour 8% des français à bas revenus, la dimension pécuniaire constitue encore le principal frein à l’utilisation d’internet[2].

Ce frein financier est encore plus important lorsque l’on questionne les difficultés de l’accès à internet à domicile.  Le coût de l’achat du matériel devient alors un obstacle conséquent.

[3]

Or, la capacité à réaliser des démarches administratives en ligne dépend en partie de l’accès à internet à domicile : alors que l’ergonomie des sites proposant des démarches administratives est déjà identifiée par les pratiquants comme l’un des principaux freins à leur utilisation[4], la difficulté supplémentaire liée au remplissage de formulaires via le petit écran tactile d’un smartphone peut être rédhibitoire pour l’internaute débutant.

Les actions ayant vocation à limiter le besoin de renouvellement de matériels numériques et à promouvoir des équipements de seconde main reconditionnés (via des intermédiaires et l’utilisation de logiciels libres par exemple) permettent de réduire les coûts liés à l’équipement et participent donc à une meilleure inclusion numérique. Or, ces mêmes actions sont portées par les démarches de sobriété numérique qui s’attaquent à la principale source d’émission de GES[5] du numérique (voir billet épisode 2) via l’allongement de la durée de vie des équipements.

L’un des principaux leviers des démarches de sobriété numérique consiste donc à allonger la durée de vie des équipements des particuliers, par exemple en luttant contre l’obsolescence indirecte des terminaux. Les problématiques d’incompatibilité et de caducité induites par les conditions d’utilisation des dernières technologies utilisées par les services numériques (standard et versions requises pour le fonctionnement, puissance de calcul demandée, etc.) peuvent en effet accélérer leur remplacement fréquent.

La mise en place de politiques de sobriété numérique, à travers l’éco-conception de services, le design (pour adapter les fonctionnalités aux attentes réelles des usagers et ne pas alourdir les services avec des contenus et des fonctionnalités inutiles) ou l’articulation de solutions low tech[6] et high tech, permet aux personnes ayant des difficultés à renouveler de façon régulière leurs équipements numériques de ne pas se trouver exclues de l’accès aux services en raison de l’ancienneté de leurs terminaux pourtant encore fonctionnels.

En résumé, il s’agit d’éviter de devoir changer un matériel encore fonctionnel mais plus assez puissant ou trop ancien pour supporter les mises à jour nécessaires au fonctionnement de services numériques qui auraient pu être moins « exigeants »  grâce à une démarche d’éco-conception. Comme le souligne Frédéric Bordage « La perpétuelle mise à jour des logiciels implique trop souvent de changer un matériel informatique parfaitement fonctionnel. Pour y remédier, lors de l'achat de logiciels, il faut demander que le matériel informatique fonctionne avec le même niveau de performance dans les cinq ans suivant l'achat malgré les patches et les mises à jour[7] ».

La sobriété numérique facilite un accès généralisé et permanent aux démarches numériques

L’éco-conception de services numériques vise à « trouver le meilleur équilibre possible entre le niveau de performance à atteindre et la quantité de ressources nécessaires pour atteindre cette performance ». L’objectif consiste à réduire la puissance informatique (RAM, CPU, bande passante, nombre de serveurs, etc.) nécessaire au fonctionnement d’un service tout en préservant sa performance. Cette démarche repose sur des choix autant techniques que fonctionnels.

A l’instar du progrès que représente la distribution intelligente d’énergie à l’égard du surdimensionnement actuel des infrastructures de réseaux électriques (stratégie d’effacement pour supprimer les crêtes), la sobriété numérique  cherche à exploiter de façon optimale les ressources nécessaires pour délivrer des services numériques in fine légers et efficients.  Cette démarche innovante de recherche de juste adéquation et d’allocation optimisée des ressources peut parfois se traduire par une ingénierie combinant les potentiels de puissance de calcul ou de visualisation de solutions high tech (demain les calculateurs quantiques ?) à des low tech fiables, résilientes, économes en énergie et peu polluantes.

Eco-concevoir son site web se traduit par exemple en un allégement de son « poids » permettant aux usagers se trouvant dans des zones non couvertes par la 4G de pouvoir bénéficier des services (en 3G ou H+ par exemple) sans que les délais de chargement deviennent dissuasifs. Cet effort n’est pas anecdotique puisqu’en 2018 en France, 23% des citoyens équipés d’un smartphone n’avaient pas accès à la 4G pour se connecter à internet[8].

Pour une collectivité, éco-concevoir ses services numériques c’est donc potentiellement donner accès à ses services à une population qui pour l’instant n’en bénéficie pas sur leur smartphone (pas du tout, ou de façon dégradée). Cette réalité est encore plus prononcée dans les communes rurales pour lesquelles seulement 69% des possesseurs de smartphones ont accès au réseau 4G.  C’est même plus d’un citoyen sur deux qui n’a pas accès à la 4G si l’on prend en compte les personnes ne détenant pas de smartphone. 

Le secteur privé marchand a d’ailleurs déjà bien saisi les avantages, notamment commerciaux, de l’éco-conception : ouverture à de nouveaux clients moins bien équipés, expérience utilisateur améliorée, temps de chargement réduit, meilleur référencement des sites grâce à des poids des pages plus faibles, etc.

Si cette problématique particulière de couverture du réseau 4G tend à disparaitre, le raisonnement reste néanmoins pertinent avec, par exemple, les usages liés au réseau 5G (voir billet 2 pour plus d’information sur la 5G). La prise d’engagement d’assurer un accès et une qualité de service même pour les personnes se situant dans des zones mal couvertes (aujourd’hui 4G, demain 5G et autres) constitue une grille de lecture intemporelle.

En résumé, la sobriété numérique permet de réduire les coûts d’achat liés au renouvellement des terminaux utilisateurs et diminue ainsi le risque d’exclusion économique de ces derniers. Elle permet également de démocratiser l’accès de services plus légers, rapides et fonctionnels à une population plus importante, non couverte par les réseaux de dernière génération. En adoptant une démarche de sobriété numérique, les collectivités maîtrisent davantage leurs enveloppes budgétaires en limitant les projets « gadgets », en diminuant le coût énergétique dédié (par exemple à travers des labels d’efficacité énergétique (80plus), en favorisant le réemploi des terminaux, en adoptant des stratégies de mutualisation, etc.

Enfin, l’impact environnemental de ces démarches est réel puisque celles-ci permettraient de réduire l’empreinte environnementale du numérique mondial de façon conséquente. Selon l’étude « Empreinte environnementale du numérique mondial », l’augmentation de 30% de la durée de vie des équipements utilisateurs pourrait réduire les émissions actuelles de 405 millions de Tonnes équivalent CO2. De même, l'éco-conception des services numériques permettrait d’éviter le rejet de 422 millions de tonnes équivalent CO2 et d’économiser 2700 millions de m3 d’eau[9].  

 

Retrouvez les autres billets de la série "Sobriété numérique des collectivités territoriales : les clés pour passer de l’incantation à l’action" :


[3] Le coût trop élevé du matériel est la deuxième raison invoquée en France Métropolitaine pour expliquer l’absence de connexion à internet à domicile, à seulement 6 points du manque de compétences-Insee Analyses, n°41 juin 2019, la Réunion

[5] Il s’agit de la phase de fabrication des terminaux utilisateurs qui compte à elle seule pour 40% des émissions totales de GES émises par le numérique mondial.

[6] Les low tech regroupent des innovations durables (produits ou services) prenant mieux en compte les contraintes sur les ressources, se focalisant sur les technologies sobres, agiles, résilientes et peu énergivores. Dans certains cas, elles peuvent venir se substituer à certaines solutions high tech ou s’articuler avec elles pour optimiser leurs potentiels et avantages.

[9] Par rapport à l’empreinte 2025 business as usual

 
Blog
Tous les billets